Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 05:00

Patience - CD cover

cd-cover.jpg

Stéphane Kerecki / double-bass
John Taylor / piano

Mercredi 22 Juin 2011 -  Duc des Lombards - Paris
42 rue des Lombards – M° Châtelet -
Réservations: 01 42 33 22 88
20h et 22h  / Tarif : 28€
Pour la sortie de “Patience”
Zig Zag Territoires – Outhere Music France – Distribution Harmonia Mundi


“Patience”, le nouveau disque de Stéphane Kerecki reflète la complicité de deux musiciens. Le pianiste John Taylor, figure emblématique du jazz actuel, et le contrebassiste Stéphane Kerecki se réunissent pour servir une musique sensible et sincère.
Une rencontre entre deux talents, faite de spontanéité, d’écoute et de partage.

En guise de mise en bouche, "Gary", un superbe thème de Stephane Kerecki, interprété avec une délicatesse, une sensibilité aiguisées. Des sonorités amples, qui rendent justice à la contrebasse.
A écouter en boucle :

 


“Il faudrait oublier les instruments. Au sens où leur présence est telle (la phénoménale contrebasse de Stéphane Kerecki, le piano intérieur de John Taylor), si prégnante, si massive, à ce point installée dans le réel, la praxis, l'inévitable compétence, qu'il doit bien s'agir d'autre chose...” Francis Marmande – Le Monde

“CHOC” JAZZ MAGAZINE-JAZZMAN
“Quel groove, quelle puissance tranquille, quelle confiance dans le placement harmonique... Bien plus qu’une belle rencontre de sonorités, c’est l’intensité de présence l’un à l’autre de ces deux musiciens qui nous touche. Le CHOC s’impose devant le degré de maturité atteint d’emblée par ce duo, magnifique pont entre deux générations.” Vincent Cotro - Jazz Magazine – JazzMan .

“ ... On y trouve des qualités rarement réunies : la fluidité du dialogue, la beauté du son, la sobriété du geste… et cette confiance totale en l’autre, cette solidarité qui annihile la peur du vide ou du faux pas...De cette contrebasse vivace et de ce piano coloriste, naît une musique qui brûle d’un feu paisible ; une musique pour traverser la nuit qui s’invente sur le fil du rasoir...” Guillaume de Chassy

« ...sa contrebasse chante des notes si justes et si profondes auprès d’un piano qui laisse constamment ouvert le discours musical, refuse de le figer, comme si, en quête de la plus belle lumière, les deux instruments cherchaient à donner à leurs notes voilées par les brumes de leur rêve le meilleur éclairage possible... » Pierre de Chocqueuse
 
« ... l’échange vif, immédiatement complice  réussit à nous entraîner dans une aventure esthétique des plus réussies ». Sophie Chambon -  Les DNJ
 
“Un exemple élégant et sensible d’une formule pas si commune...” Vincent Bessières – Jazz News


Partager cet article

Repost 0

commentaires