Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2012 4 03 /05 /mai /2012 05:00

Une nouvelle occasion d'entendre (et peut-être de découvrir)
des créateurs suédois (oui, il y en a aussi à Paris, des créateurs et des suédois)
photo http://www.digjazz.se
Raymond-Strid---Roland-Keijser.jpg

La rencontre en duo de Roland Kaijser et Raymond Strid est issue du groupe Kege Snö, quartet créé lors de l’édition 2006 du festival Hagenfesten à Dala-Floda en Suède. Ce duo confronte un vétéran du free-jazz suédois, Roland Kaijser, avec un musicien plus jeune qui est maintenant reconnu sur les scènes des musiques improvisées comme l’un des principaux percussionnistes de sa génération. Il a entre autre joué aux côtés de Barry Guy, Marilyn Crispell et Joëlle Léandre, pour ne citer qu’eux. Nous fêterons ici la sortie de leur disque en duo ‘’Yellow Bell’’, produit tout récemment par le label Umlaut.

Soirée en co-production avec Tampon-Nomade.

‘’Au début des années 1970, alors adolescent, j'ai été absolument hanté par la musique en découvrant tout d’abord le classique, puis les musiques traditionnelles, le jazz et les musiques improvisées. Parallèlement à l’amour de la musique, je me suis impliqué dans les mouvances politiques radicales de l'époque. Gunder Hägg (plus tard Blå Tåget) était un groupe de rock qui avait une certaine côte et qui n’hésitait pas à afficher des textes virulents sur la situation politique de l’époque sur une musique très naïve, mais non dénuée de charme. Je me souviens notamment leur façon très particulière d’appréhender la scène. Le saxophoniste du groupe était alors Roland Keijser . Pour moi, le saxophone était un instrument très connoté jazz ou jazz rock, j’ignorai que Roland était déjà reconnue dès la fin des années 1960, dans le milieu du jazz suédois, je l’ai appris par la suite. A cette époque, lorsque j’ai commencé à sérieusement m’intéresser à la musique, c’était sous le nom de Arbete och Fritid, que Roland Keijser se produisait fréquemment sur la scène "alternative" suédoise. Ce fameux groupe c’est créé dans la continuité de son ancien quartet de jazz, brassant un savant mélange de free jazz sauvage et de rock aux tonalités ethniques diverses. On peut dire qu'ils étaient un des premiers groupes en Europe à jouer cette musique. Roland Keijser est alors devenu une de mes icônes, d’autant plus que Roland était aussi le premier saxophoniste à intégrer à son jeu de la musique folklorique suédoise, j’en étais admiratif. Lorsque j'ai commencé à pratiquer la musique, je me suis rapidement impliqué dans le milieu du free jazz et de l’improvisation libre européenne. A cette époque là, Roland avait pris des années de repos. La première fois que nous avons travaillés ensemble, ce fut en 1995 et tout de suite, la musique est devenue un étrange mélange de folklore et d’improvisations libres. Quelques années plus tard, en 2007, nous nous sommes de nouveau retrouvés pour jouer avec le groupe Kege Snö (Umlaut umcd 0010).’’ (Raymond Strid).

Né à Stockholm en 1956, Raymond Strid a commencé relativement tard à jouer des percussions. Comme il était devenu accro à l'écoute de la musique, avec parfois des dépendances de huit heures de suite devant la stéréo, l’écoute intensive l’a finalement encouragé à commencer à jouer (et à ce jour, il reste toujours un auditeur passionné). Sans formation musicale, il a pensé que les percussions seraient l'instrument le plus facile à appréhender. Il a été particulièrement inspiré par certains batteurs européens, qu’il considère comme ses maîtres : Han Bennink, Paul Lytton et Tony Oxley. Son premier concert fut le 30 septembre 1977 puis a enchaîné par la suite les rencontres et les groupes locaux à Stockholm. En 1988, il forme le trio suédois Gush avec Mats Gustafsson et Sten Sandell. Ce trio a fait naître un grand nombre de groupes et de projets comme Guy/Gustafsson/Strid, Crispell/Jormin/Strid et le trio de free jazz LSB (Fredrik Ljungkvist et Johan Berthling). The Electrics (Axel Dörner, Sture Ericson et Ingebrigt Flaten) s’est formé en 2000 et la même année, Strid est également devenu membre du Barry Guy New Orchestra. Aujourd’hui, Strid voyage et participe aux festivals d'improvisation majeurs en Europe et en Amérique du Nord. Depuis 2005, son jeu se déplace stylistiquement entre l'improvisation libre et le free jazz, parfois même il mélange les deux. Raymond Strid enseigne aussi l'improvisation, ses méthodes et ses esthétiques.
http://www.umlautrecords.com/album/yellowbell

(texte www.soufflecontinu.com)

Partager cet article

Repost 0

commentaires