Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 05:00

La-voix-est-libre-12---logo-copie-1.jpg

Festival du 10 au 12 mai.
Toutes les infos sur http://www.jazznomades.net/

Le samedi 12 mai Le corps elect'oral
Corps humain, céleste, solide ou liquide, corps diplomatique, bras armés, rêves suspendus, pensées en équilibre, idéaux en chute libre, à quelle sauce allons-nous bientôt être mangés ?

Au festin des humeurs vives, Frédéric Jouanlong n'est pas le plus modéré des convives. Il tire la langue du Dada Hugo Ball pour en extraire la substantifique moëlle, levant le couvercle sur l'un des premiers poèmes entièrement phonétiques de l'histoire (1917). Il l'éructe, le glousse puis le recrache avec la puissance hypnotique d'un discours qu'on imagine révolutionnaire ou fasciste.

La-voix-est-libre-12-mai-12.jpgÀ fleur de mots, le corps de ballet d'Andrea Sitter - passé entre les mains expertes de Pina Bausch et de Carolyn Carlson - vole sur les masses d'air soulevées par le sax de Yoann Durant. À la tête, aux pieds, à tous les membres du centre jusqu'aux extrémités : l'État de grâce est déclaré ! Dans ces vapeurs ennivrantes, le corps et la voix élastiques de Nosfell n'ont plus qu'à venir s'entrelacer dans les cordes sensibles de la violoncelliste-vocaliste Audrey Chen. À peine ont-ils fait connaissance que les deux virtuoses se livrent publiquement à une intense étreinte musicale, n'ayant pour seule règle que celle de n'en respecter aucune.

Libre de toute contrainte, la scène se prépare à recevoir la horde du GdRA, résolue à combattre les idées fixes, compétitions virales, basses oeuvres et autres tracs boursiers à grand renfort de rythmes sous hyper-fusion, saltos effervescents, décoction de verbes et autres remèdes favorisant la circulation du courant éclectique. Pour le vocalchimiste André Minvielle, docteur rythmicologue ès phonèmes, scat et onomatopées, auteur de disques de référence (Canto, La vie d'ici-bas...), mieux vaut pouvoir "improviser la vie en toute circonstance, car la vie est presque toujours une improvisation". Être dans le cheminement plutôt que dans la maîtrise, produire de l'infini plutôt que du produit fini. Arthur Ribo n'en pense pas moins, lui qui cuisine ses poèmes avec les mots soufflés par les spectacteurs, finement assaisonnés par les percussions regénérantes de Benjamin Sanz. Face aux langues de bois, ouvrons nos "gueules de voix" !

Partager cet article

Repost 0

commentaires