Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 septembre 2010 2 14 /09 /septembre /2010 05:00

Illaps-2.jpg

 

Illaps – Tristan Macé Quintet

Mercredi 21 septembre 2010 à 21h00

Sunset 60 rue des Lombards 75001 Paris

Réservations : 01 40 26 46 60  /  M° Chatelet

Tarif : 15 € / 10 €

Voir chronique d'un précédent concert sur Flux Jazz (avec une formation partiellement différente)

www.myspace.com/illaps

www.myspace.com/tristanmace
   

* ILLAPS, s. m. (Théolog.) :

espèce d'extase contemplative où l'on tombe par des degrés insensibles, où les sens extérieurs s'aliènent, et où les organes intérieurs s'échauffent, s'agitent, et mettent dans un état fort tendre et fort doux, peu différent de celui qui succède à la possession d'une femme bien aimée et bien estimée.

 
Artistes :

Tristan Macé, bandonéon, compositions, lead
Hubert Dupont, contrebasse
François Merville, batterie
Sébastien Llado, trombone
Yann Cléry, flûte

 

« Une formidable machine vient de se mettre en mouvement ! On pourrait dire : une sorte d’équivalent musical à une folle construction de Tinguely. (…) Si la notion de power quintet a un sens, elle est magistralement illustrée par cette nouvelle formation qui invente, n’ayons pas peur des mots, un jazz border-line quasi épileptique ! »  Christian Izorce

Après les compositions pour grand ensemble de son «Etrangement Bleu» et l’exploration de sonorités nouvelles avec les étonnantes bêtes de sa «Ménagerie», d’où s’est échappé ce splendide mouton à cinq pattes, Tristan Macé est de retour avec ce quintet organisé autour de ses nouvelles compositions, et voué à l'improvisation collective.

Ces cinq fabuleux musiciens explorent les « mangroves mentales » du leader autour de son bandonéon lunaire, improbable et funambule, dépoussiéré, désacclimaté du répertoire du tango sans en perdre l’essence. Les sensibilités se croisent, se juxtaposent, débattent, se perturbent, s’accouplent entre éclats rageurs du free et tristesses apaisées du lyrique pour créer une musique unique aux chatoiements multiples.

Tristan Macé invente un univers singulier où le tango, le jazz, la musique contemporaine se retrouvent comme autant de fantômes invités à une dernière danse.

Partager cet article

Repost 0

commentaires