Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 05:00

Il y a une actualité John Tchicai en cette fin d'année.
Le Sunset a, en effet, donné carte blanche à cette figure du jazz en France qu'est Gérard Terronès, afin de donner au
public l'occasion de découvrir en direct les formidables artistes qui trouvent sur ses labels Futura et Marge, des opportunités pour renouveler leur art.

Tribute to Albert Ayler   -   Nightwork live at the Sunset   -   Truth lies in-between

Terrones-au-Sunset---dec-10.jpg

Petit regard sur cette programmation :
- le 1er décembre : Joe McPhee pour la sortie de l'album "Tribute to Albert Ayler" ;
- le 2 : Bobby Few trio + Hal Singer pour la sortie de "Challenge" ;
- le 3 : Evan Parker, Paul   , Paul Lytton pour la sortie de “Nightwork live at the Sunset” ;
et le 4 : John Tchicai trio pour la sortie de "Truth lies in-between" .
La veille, le 3 décembre, cette fois chez le disquaire parisien à fréquenter absolument, "le Souffle Continu", un show case de John Tchicai en duo, avec Steve Dalachinsky comme récitant.

Enfin, le 1er octobre dernier, l'émission Jazz à Part était consacrée à ce même John Tchicai. Si vous avez raté l'émission, il est encore possible d'aller la télécharger sur le site (http://jazzapart.free.fr/ecoute.htm)

John-Tchicai.jpgDeux concerts, une émission radio, un CD : une actualité dense pour cet aventurier du free jazz natif ... du Danemark.

Venons-en au CD.
Un disque en trio : un sax, un piano et des percussions. Parfois de simples duos.  Rien de plus pour près d'une heure de plaisir.
Un minimalisme de moyens pour un voyage riche de diversité, de terres de connaissance et d'étrangeté renouvelée.
Un John Tchicai tout de souffle, aux flûtes, au sax, ou en lecteur à la voix si prenante.

La voix. On pourrait parler d'infra-chants. Mais il s'agit d'abord de textes. Ceux de John Steward.
Truth lies in-between : la vérité ment par intermittences ou la vérité niche aux interstices. Je ne sais.
John Tchicai laisse la place au doute. Pour nous interroger.
Car même les handicapés des langues étrangères (dont je fais hélas partie) peuvent être saisis par les textes, courts, de John Steward, disponibles dans les notes du CD.
Rien que pour cela, achetez ce disque, par exemple vsur le site de Gérard Terronès (12 €, port compris en France).

Il serait injuste de ne pas citer ses deux compagnons : Margriet Naber (auteur d'Opgenomen qui ouvre et clôt le CD) et surtout Ernest Guiraud Cissé qui apporte bien plus que des échos d'Afrique.

Je suggère de lire la très belle chronique de Pierre Lemarchand (oui, celui de Jazz à Part, voir plus haut) publiée sur le Son du Grisli (site à mettre dans vos signets).

Douze pistes, celles courtes pour laisser place aux poèmes, les autres, longues, pour les pièces instrumentales.

Pour vous permettre d'en goûter le suc, je vous propose deux pistes, pour illustrer chacun des aspects du disque.



Pour en savoir plus sur John Tchicai, petit détour vers son site .
et vers ses myspaces : http://www.myspace.com/ice9notrespassing
& http://www.myspace.com/lunarquartetfeatjohntchicai

Partager cet article

Repost 0

commentaires